BOLONSKI Louis ou BOLOLOSKY

Né le 1er novembre 1828 à La Charité-sur-Loire (Nièvre) ; domicilié 42, rue Montaigne (VIIIe arr.) ; coiffeur ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

De son vrai nom Bololonsky, il était le fils d’un réfugié polonais installé comme chapelier. Il avait gardé sa nationalité polonaise. Il était marié, père de trois enfants ; il avait été condamné en 1854 à un mois de prison pour rébellion ; en 1855, à trois mois pour outrage public à la pudeur ; en 1868, à trois mois pour vol.
Pendant le 1er Siège de Paris et la Commune, Louis Bolonski fut volontaire dans la 1re compagnie du 94e bataillon de la Garde nationale et fut fait prisonnier, le 23 mai 1871, aux Champs-Élysées. Le 24e conseil de guerre le condamna, le 6 avril 1872, à la déportation simple et à la dégradation civique ; il fut embarqué le 8 mai 1873 par le Calvados et arriva en Nouvelle-Calédonie le 27 septembre 1873. Sa peine fut remise le 11 janvier 1878, l’obligation de résider étant rapportée le 15 janvier 1879. Il rentra en France par la Seudre.

La femme du condamné et deux de ses enfants, Eugène et Charlotte, avaient demandé sa grâce le 3 mars 1876. Tous les trois signèrent Bololosky. Voir W. Wroblewski.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article53244, notice BOLONSKI Louis ou BOLOLOSKY, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 31 octobre 2019.

SOURCES : Arch. Min. Guerre, GR 8 J 87 (453). — ANOM COL H 72. — Arch. Nat., BB 24/768. — Krystyma Wyczanska, Polacy W Komunie Paryskiej 1871 R, Varsovie, 1957. — Notes de Louis Bretonnière et de Pierre-Henri Zaidman.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément