BONTEMPS Edme

Né le 26 février 1835 à Nevers (Nièvre) ; demeurant à Paris, 3 bis, rue des Alouettes (XIXe arr.) ; forgeron ; communard.

Bontemps était célibataire et avait subi deux condamnations pour voies de fait, l’une en 1858 à six mois, et l’autre, en 1864, à quatre mois de prison.
Pendant la Commune de Paris, il fut simple garde à la 1re compagnie de marche du 147e bataillon de la Garde nationale et fut fait prisonnier, le 28 mai 1871, place de l’Église, à Ménilmontant.
Le 14e conseil de guerre le condamna, le 11 mai 1872, à la déportation simple, peine commuée en cinq ans de détention en 1874. À Quélern, on dit qu’il avait « de véritables instincts d’insurgé » — il était frondeur et violent ; il avait été ramené en France par le Navarin.
Était-il parent de Bontemps Paul ?

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article53392, notice BONTEMPS Edme , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 10 décembre 2018.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/804, BB 27 et H colonies 248. — Arch. PPo., listes d’amnistiés.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément