KUHM Michel

Par Léon Strauss

Né le 31 octobre 1892 à Zutzendorf (Basse-Alsace, Alsace-Lorraine annexée), mort le 14 mars 1971 à Strasbourg (Bas-Rhin) ; facteur aux écritures puis sous-chef de gare ; trésorier de l’Union des syndicats indépendants (CFTC) de cheminots d’Alsace et de Lorraine, puis président de la même Union (devenue en 1936 Union des syndicats chrétiens) de 1934 à 1940 et de 1945 à 1952 ; vice-président de la fédération CFTC des cheminots (1933-1940).

Né dans une famille de cultivateurs, Michel Kuhm, après l’école primaire, travailla comme charron. Il fit son service militaire dans l’artillerie allemande de 1912 à 1914. Mobilisé de 1914 à 1919, il combattit dans les Vosges, en Galicie et dans le nord de la France. Il fut blessé deux fois en mai 1915 et en septembre 1918. Il entra aux chemins de fer d’Alsace-Lorraine le 22 avril 1919 comme homme d’équipe à l’essai à Strasbourg-Neudorf(Bas-Rhin). Il épousa, le 16 novembre 1920, Ève Bernhardt, fille d’un cultivateur de Breuschwickersheim (Bas-Rhin). Il était alors délégué du personnel et trésorier de l’Union des syndicats indépendants d’Alsace et de Lorraine (CFTC) qui deviendra, fin 1936, l’Union des syndicats chrétiens des cheminots d’Alsace et de Lorraine. Il fut affecté successivement à Réding (Moselle) en 1928, à Strasbourg-Nord (1930), à Strasbourg-Port du Rhin (1931) comme facteur-chef, à Strasbourg-Gare centrale (1933) et à Hausbergen (1937). En 1931, il était vice-président de l’Union.

Porté à la présidence de l’Union en 1934, il assuma cette fonction, à l’exception de la période nazie, jusqu’en 1952, mais était en même temps sous-chef de gare principal, « détaché permanent » avec le titre de secrétaire administratif adjoint. Il donna sa démission à la veille de son départ à la retraite « pour inaptitude physique » (1er juillet 1952), lors du congrès des délégués réuni à Strasbourg les 3 et 4 mai 1952. Il fut remplacé par Albert Schmitt et fut élu président d’honneur.

Michel Kuhm fut désigné au conseil fédéral, au titre de l’Union Alsace Lorraine, lors du congrès fédéral des 28/30 avril 1933. Désigné pour siéger au bureau fédéral il fut élu Vice-président de la Fédération CFTC des Cheminots et renouvelé dans ces responsabilités à chaque congrès annuel jusqu’à 1939. À partir de 1945,Michel Kuhm participa au conseil de la Fédération des syndicats chrétiens des cheminots de France, et fut élu membre du bureau fédéral lors du 20e congrès fédéral des 17-19 mai 1946. Il continua à soutenir le syndicat jusqu’en 1970 comme trésorier-comptable et conseiller.

Protestant pratiquant, il se prononça pour le maintien du sigle « chrétien » en 1964.

Michel Kuhm était titulaire du Mérite social depuis 1952 et chevalier de la Légion d’honneur depuis 1954.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article5342, notice KUHM Michel par Léon Strauss, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 30 mars 2013.

Par Léon Strauss

SOURCES : Arch. SNCF de Béziers. — Arch. Dép. Bas-Rhin, 98 AL 723, 544 D 149. — Revue des cheminots CFTC, organe de l’Union des syndicats chrétiens d’Alsace et de Lorraine, 1er juin 1946, 1er juin et 1er septembre 1952, 1er avril et 1er juin 1954, 1er avril 1971. — Le Nouvel Alsacien, 5 mars 1954. — Statuts de l’USCCAL publiés dans la Revue des cheminots entre mai 1951 (n° 5) et février 1952 (n° 2). — DBMOF, tome 32, p. 405. — Notices de Marie-Louise Goergen et de Jean-Pierre Kintz.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément