BORELLA Jacques

Né le 13 septembre 1840 à Vairano, dans le Tessin (Suisse) ; sujet suisse ; fumiste ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était célibataire. En 1870, il habitait Paris depuis une quinzaine d’années, et était domicilié à Neuilly, 25, rue du Marché. Il avait encouru, le 13 mars 1870, une condamnation à quinze jours de prison pour outrages à agent.
Pendant le 1er Siège de Paris, Jacques Borella s’engagea dans la 3e compagnie de marche du 35e bataillon de la Garde nationale. Après l’armistice, il travailla, du 25 février au 26 mars 1871 selon lui, au 22 mars selon son patron. Il rejoignit alors son bataillon et fut fait prisonnier, le 23 mai, à la porte de Clichy.
Il fut condamné, le 12 avril 1872, par le 17e conseil de guerre, à la déportation simple. Embarqué à Quelern le 8 mai 1873 sur le Calvados, il arriva à Nouméa le 28 septembre suivant. Sa peine lui fut remise, le 4 janvier 1878, contre obligation de résidence, et définitivement le 15 janvier 1879. Il rentra en France par le Navarin le 2 septembre 1880. Voir Zwahlen D.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article53434, notice BORELLA Jacques, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 20 novembre 2020.

SOURCES : Arch. Paris D2R4 9. — Arch. Nat., BB 24/766. — Arch. Min. Guerre, GR 8 J 17e conseil 400 (335). — ANOM COL H 72. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Département politique fédéral (Suisse), carton 193 (cote actuelle), et recherches de M. Vuilleumier. — Notes de Louis Bretonnière et de Pierre-Henri Zaidman.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément