BORGELLA Frédéric, Pierre

Né le 9 mai 1833 à Bagnères de Bigorre (Hautes-Pyrénées), mort le 27 novembre 1901 à Montrouge (Hauts de Seine) ; publiciste ; communard.

Frédéric Borgella servit la Commune de Paris en tant qu’artilleur. Le 15 avril 1871, il était chef d’escadron, commandant l’artillerie de l’École militaire, et le 19 avril il commandait la batterie de Clichy. Promu lieutenant-colonel commandant l’artillerie, il fut l’aide de camp de Rossel au ministère de Guerre. Il était par ailleurs un ami personnel de Cluseret.

Le 16e conseil de guerre le condamna par contumace, le 15 novembre 1872, à la déportation dans une enceinte fortifiée. Il avait toutefois réussi à déjouer les recherches et à gagner l’étranger. Il semble qu’il ait d’abord séjourné en Angleterre fin 1871, avant de gagner la Belgique. Son arrivée à Ixelles est en effet signalée en date du 25 août 1873.

Après son retour en France, il devint relativement célèbre comme peintre orientaliste, et exposa ses toiles dans différents salons parisiens.

Il épousa en 1892 Marie-Louise Legros, avec qui il eut un fils prénommé Léon-Henri.

Voir De Lahaye L.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article53438, notice BORGELLA Frédéric, Pierre, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 26 novembre 2020.

ŒUVRE : Justice ! par un officier d’artillerie de l’Armée de Paris, Londres, impr. Internationale, 1871, deux livraisons in-16 parues en novembre 1871, VIII-49-(21) p. et VI-25 p.

SOURCES : Arch. PPo., listes de contumaces. — F. Sartorius, J.-L. De Paepe, Les Communards en exil. État de la proscription communaliste à Bruxelles et dans les faubourgs, Bruxelles, 1971. — Notes de M. Cordillot et L. Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément