BOUBONG Alfred, Pierre, Henri

Né le 5 novembre 1841 à Vesoul (Haute-Saône), mort détenu le 18 avril 1877 ; monteur en bronze ; combattant de la Commune de Paris, mort en déportation.

Fils d’un fabricant de chandelles à Vesoul, domicilié à Paris, veuf, sans enfant, monteur en bronze, Alfred Boubong était caporal au 232e bataillon de la Garde nationale. Peu après le 18 mars 1871, il fut élu sous-lieutenant au 129e bataillon ; il prit part à la sortie du 3 avril et, à partir du 23 avril, occupa Gentilly, Bicêtre, le Moulin Saquet ; il fut fait prisonnier dans la nuit du 3 au 4 mai.
Le 20e conseil de guerre le condamna, le 3 (ou 9 ?) janvier 1872, à la déportation simple, peine commuée en dix ans de bannissement à partir du 31 octobre 1876, mais il mourut à bord du Navarin le 18 avril 1877 selon son acte de décès.

Sa mère mourut le 30 mars 1888 à Londres où vivaient ses deux filles. Son frère, Pierre Emile Eugène Boubong (1845-1908), était négociant en vins au Havre.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article53494, notice BOUBONG Alfred, Pierre, Henri, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 14 décembre 2018.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/734 et BB 27. — État civil. — Renseignements communiqués par Bertrand Deschamps.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément