BOZIER Louis, Ernest

Né le 10 décembre 1843 à Poitiers (Vienne), mort à Fiume (Hongrie, puis Italie) le 17 juillet 1911. ; professeur de dessin et de français ; communard.

Pendant le 1er Siège de Paris, Louis Bozier collabora à la République des Travailleurs ; il fut, sous la Commune, membre de la commission communale du XVIIe arrondissement et put ensuite se réfugier à Genève où il était comptable au restaurant coopératif « la Marmite », ouvert en mars 1872. Le 3e conseil de guerre le condamna par contumace, le 19 novembre 1873, à la déportation dans une enceinte fortifiée. Il fut amnistié en 1879. Voir E. Bozfer, Et. Bozier.

Selon une lettre de Gustave Brocher à Max Nettlau, d’avril 1924, Bozier mourut en 1911 à Fiume, où il avait accompagné les Brocher qui s’occupaient de lui et de ses enfants.
Son acte de décès le dit professeur de français à Budapest (Hongrie).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article53912, notice BOZIER Louis, Ernest, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 3 novembre 2020.

SOURCES : Arch. Min. Guerre, 3e conseil (n° 1309). — Arch. PPo., listes d’amnistiés et B a/431. — L. Descaves, Philémon vieux de la vieille, Paris, 1913, 10e édition., p. 94. — Max Nettlau Papers, IISG Amsterdam (notes de Marianne Enckell). — Acte de décès (n° 5 des Affaires Étrangères), note de Thierry Thomas.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément