BRANCA Adolphe

Né le 18 mai 1840 à Paris ; tôlier ; communard.

Assez bonne conduite d’après le commissaire de police du quartier des Grandes-Carrières, « quoique » vivant avec une femme qui avait trois enfants dont il avait soin.
Pendant le 1er Siège de Paris, il appartint au 142e bataillon de la Garde nationale et continua son service sous la Commune jusqu’au 30 mars 1871 ; il se retira alors à cause d’une bronchite ; au début d’avril, il fut incorporé à la 7e compagnie de marche du 78e bataillon et se rendit aux avant-postes de Vanves ; du 10 au 21 mai, il fit le service de la barricade de la route de Châtillon, près de la porte de ce nom ; le 21 mai, il rentra à Montmartre et dit ne pas avoir défendu le quartier.
Le 20e conseil de guerre de Versailles (Seine-et-Oise) le condamna, pour port d’armes, le 9 avril 1872, à treize mois de prison. Il fut incarcéré le 21 avril 1872 à Belle-Île-en-Mer (Morbihan), et transféré le 21 novembre 1872 à Landerneau (Finistère).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article53927, notice BRANCA Adolphe, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 24 décembre 2018.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/744. — Arch. Dép. Morbihan, série Y, écrou 1714. — Note de J.-Y. Mollier.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément