BRAUD Claude, Joseph, Édouard

Né le 24 janvier 1824 à Paris ; y demeurant ; entrepreneur de pompes funèbres ; communard.

Il était marié, père de trois enfants. Pendant le 1er Siège de Paris et la Commune, Claude Braud appartint à une compagnie sédentaire du 55e bataillon de la Garde nationale et, en qualité de franc-maçon, assista à la manifestation de Neuilly — Voir E. Thirifocq. Il serait rentré, blessé, du Moulin-Saquet, le 21 ou le 22 mai 1871 : il boitait, selon des témoins, et prétendit avoir simulé sa blessure pour ne pas aller aux barricades. Le 23, il se réfugia chez des voisins, puis se rendit chez lui le 26 ; accusé d’avoir, d’une des fenêtres de sa maison, tiré sur la troupe, il fut arrêté, relâché, arrêté de nouveau le 1er mars 1872.
Le 9e conseil de guerre le condamna, le 3 avril 1872, à un an de prison et cinq ans de privation de ses droits civiques ; son recours en grâce avait été apostillé par le clergé de Sainte-Élisabeth et Saint-Denis du Saint-Sacrement qu’il disait avoir protégé.
Voir J-B. Tripon, qui le dénonça.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article53950, notice BRAUD Claude, Joseph, Édouard, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 25 décembre 2018.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/748.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable