BRUCKEN Jean-Paul

Né le 17 juillet 1830 à Longerich (Prusse) ; demeurant à Paris, 8, rue Ramey (XVIIIe arr.) ; négociant en vins ; communard.

Il était marié, père de deux enfants. Il avait été naturalisé français, en 1856, et avait servi onze ans dans la Légion étrangère et dans des régiments français ; il avait été réformé en 1861 avec grade de sous-officier à la suite de blessures à Sébastopol.
Le 5 septembre 1870, il obtint l’autorisation de former, en qualité de lieutenant-colonel, les Guérillas de l’Île-de-France ; il échoua ; le 21 septembre, il fut élu chef du 223e bataillon de la Garde nationale, puis arrêté le lendemain comme espion prussien. Pendant la Commune de Paris, à partir du 4 avril 1871, Jean-Paul Brucken compta à la 4e compagnie sédentaire du 223e bataillon comme simple garde ; le 28 avril, il fut nommé chef d’escadron au ministère de la Guerre, puis suspendu le 12 mai et arrêté pendant trois jours. Après la Commune, il fut arrêté à différentes reprises, puis définitivement en septembre.
Il avait subi, le 6 novembre 1866, une condamnation à 100 F d’amende pour infraction à la police des chemins de fer. Le 7e conseil de guerre de Saint-Germain-en Laye (Seine-et-Oise), pour port d’uniforme et mouvement insurrectionnel, le condamna, le 12 février 1872, à deux ans de prison et dix ans de privation de ses droits civiques, à la suppression de la Légion d’honneur, des médailles militaire et de Crimée. Il fut incarcéré le 8 mars 1872 à Belle-Île-en-Mer (Morbihan), transféré le 11 septembre 1872 à Embrun (Hautes-Alpes). Toutefois, il fut libéré, le 12 février 1874, et expulsé le 20 avril 1874 : il n’aurait pas été naturalisé. Le 21 novembre 1876, il était condamné à six mois de prison pour infraction à l’arrêté d’expulsion.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article54156, notice BRUCKEN Jean-Paul, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 4 janvier 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/787. — Arch. Dép. Morbihan, série Y, écrou 1516. — Note de J.-Y. Mollier.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément