BUET Édouard, dit Leguet, dit Colasse

Par Pierre-Henri Zaidman

Né le 6 juin 1848 à Paris ; journalier ; domicilié 1, rue Voltaire (Paris, XIe arr.) ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Enfant naturel d’une domestique, Édouard Buet était célibataire. De 1866 à 1870, il avait été condamné six fois, dont trois fois pour vol.
Il s’engagea pour la durée de la guerre au 12e chasseurs et fut libéré le 12 mars 1871. Il s’engagea le 27 mars dans la 1ère compagnie de marche du 176e bataillon fédéré. Il occupa avec son bataillon les Hautes-Bruyères et participa à plusieurs affrontements avec les Versaillais. Il fut arrêté avec son arme le 25 mai à la barricade de la place Jeanne d’Arc (XIIIe arr.).
Pour avoir servi la Commune de Paris, Édouard Buet fut condamné avec circonstances atténuantes, le 12 janvier 1872, par le 7e conseil de guerre, à la déportation simple. Embarqué à Rochefort sur la Danaë le 4 mai 1872, il arriva à Nouméa le 29 septembre 1872. Signalé comme faisant partie de la bande dite « la Tierce » et poursuivi pour coups et blessures volontaires avec guet-apens, il fut acquitté le 7 septembre 1876 par le Conseil de guerre à l’Ile des Pins, puis il fut amnistié le 17 juillet 1880.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article54242, notice BUET Édouard, dit Leguet, dit Colasse par Pierre-Henri Zaidman, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 4 janvier 2021.

Par Pierre-Henri Zaidman

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/841 et BB 27. — Arch. Min. Guerre, GR 8 J 244 (178). — ANOM, COL H 73. — L’Industriel de Saint-Germain-en-Laye, 20 janvier 1872. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément