CARIA Octave [CARIA Léon, Octave]

Né le 9 mars 1852 à Mont-Notre-Dame (Aisne) ; comme son frère Léopold, il était mécanicien à l’usine Gouin aux Batignolles ; communard.

Durant la Commune de Paris, il fut attaché à l’état-major d’Eudes, mais comme simple lieutenant ; après la défaite de la Commune, il put gagner Londres, et fut condamné par contumace à la déportation dans une enceinte fortifiée (20e conseil, 6 juillet 1872) pour avoir pillé la Légion d’honneur.
En exil à Londres, Léon, Octave Caria fit partie de la Société des Réfugiés. Le 25 août 1872, il fut exclu, ainsi que son frère, à l’unanimité, pour avoir calomnié Eudes et s’être mis « en rapports avec la police, dans le but d’obtenir l’extradition de cinq citoyens réfugiés. » Voir G.-L. Caria.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article54585, notice CARIA Octave [CARIA Léon, Octave], version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 29 janvier 2020.

SOURCES : Arch. Min. Guerre, 20e conseil (n° 514). — L’Union démocratique, 31 août 1872. — Jean Maitron, L’Actualité de l’Histoire, n° 6, janvier 1954.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément