CATTELAIN Philippe, Auguste

Né le 6 février 1838 à Paris (IIe arr. ancien) ; mort le 10 septembre 1893 à Paris (XVIIIe arr.) ; artiste graveur ; délégué à la Sûreté sous la Commune de Paris.

Issu d’une famille modeste, il perdit sa mère après 1848, puis son père ; celui-ci avait été grenadier à cheval de la garde impériale, gendarme de Charles X qu’il accompagna à Rambouillet sur la route de l’exil en 1830, puis gendarme dans l’Aisne et finalement de Louis-Philippe. Le fils, né, 19, rue d’Argenteuil, à Paris, 1er arr., s’intéressait au dessin et suivit des cours rue de l’École-de-Médecine.
En 1870, il jouissait d’une certaine réputation dans le monde des arts, fréquentait Régamey et André Gill ; marié, il habitait, 16, passage des Poissonniers (XVIIIe arr.) ; il avait refusé à Ranvier d’adhérer à l’Internationale. En septembre 1870, il se retrouva aux Éclaireurs de la Seine avec le sobriquet de « Sergent l’Écumoire » pour avoir, lors d’une pénible retraite sur Paris, contracté la variole noire.

Le 18 mars 1871, il assista à l’arrestation de Clément Thomas ; le 27 mars, il se vit déléguer à la Sûreté, en même temps que Duval à la Justice, sans avoir « aucun passé politique ni tempérament guerrier », dit-il de lui-même ; il remplit honnêtement ce poste qu’il n’avait pas brigué, se cantonnant d’ailleurs à la poursuite des délits de droit commun.
Il s’était réfugié, après mai, dans une cachette sûre, mais, sachant qu’on allait arrêter sa femme, il proposa de se livrer en échange de la libération de celle-ci. La 9e chambre correctionnelle le condamna, le 22 septembre 1871, à trois ans de prison ; à sa sortie de Mazas, le préfet de police Claude lui offrit un poste, mais Philippe Cattelain refusa pour se consacrer à l’art.
Il rédigea des Mémoires qui parurent dans le Chat Noir du 31 mai au 4 octobre 1884 (ils furent republiés sous forme de volume en 1909). Il y dit l’honnêteté et la loyauté des Communards, sans cacher pour autant quelques pillages.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article54766, notice CATTELAIN Philippe, Auguste, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 30 juin 2020.

SOURCES : Mémoires inédits du chef de la Sûreté sous la Commune, par P. Cattelain, Paris, Juven, s.d. (1909), in-16, 294 pp. — Thieme und Becker, Allgemeines Lexikon der bildenden Künstler. — Michel Cordillot (coord.), La Commune de Paris 1871. L’événement, les acteurs, les lieux, Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l’Atelier, janvier 2021.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément