CAULET du TAYAC Gaston

Né le 5 juin 1840 à Paris, rue du Bac (VIIe arr. ancien) ; mort le 9 juillet 1877 à Paris (VIe arr.) ; homme de lettres, journaliste au Cri du Peuple ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était petit-neveu d’un ancien ambassadeur de France sous le Premier Empire ; son père, Pierre, Alexandre, était officier de la garde de Napoléon Ier, puis passa quarante-six ans à la direction générale de la Caisse des Dépôts et Consignations. Gaston Caulet du Tayac fut condamné, en 1869, à deux mois de prison, puis à 50 f. d’amende et enfin à trois mois de prison, en 1870, pour délits politiques.

À la déclaration de guerre à la Prusse, il s’engagea dans un régiment de zouaves ; durant la Commune de Paris, il fut commissaire spécial du cabinet de Raoul Rigault, puis envoyé à Lyon avec mission d’obtenir l’ajournement des élections ; il quitta Paris le 17 avril 1871 et, passant par Bâle, arriva à Lyon vers le 20 ; il se présenta le 25 avril chez le maire de Lyon pour le sommer d’empêcher les élections ; d’où insurrection à la Guillotière, et Gaston Caulet y prit part.

Il fut condamné, le 13 décembre 1871, par le 1er conseil de guerre, à la déportation dans une enceinte fortifiée. C’était un malade, atteint d’une phtisie irrémédiable qui s’aggrava lorsqu’il apprit la mort de sa mère ; il hésita pourtant longtemps à demander sa grâce. « C’est la lettre d’un mourant », dit le gouverneur de la Nouvelle-Calédonie. Il était, en déportation, l’ami d’Henry Baüer et de Louise Michel. Sa grâce lui fut accordée le 31 octobre 1876 et, nanti d’argent par un héritage, il put gagner Sydney et de là la France l’année suivante ; il devait mourir un an plus tard.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article54781, notice CAULET du TAYAC Gaston, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 30 juin 2020.

SOURCES : Arch. Nat., H colonies 75 et BB 27. — Arch. Dép. Rhône, série R, conseil de guerre de 1871 (liasse A à C). — Henry Baüer, Mémoires d’un jeune homme (p. 284). — Michel Cordillot (coord.), La Commune de Paris 1871. L’événement, les acteurs, les lieux, Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l’Atelier, janvier 2021.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément