CEREGALLI Philippe (ou CÉRÉGALLI ?) [et non CEREGAILLY]

Par Pierre-Henri Zaidman

Né le 28 mai 1829 à Tende (Italie) ; marchand de grains ; domicilié à Marseille 272, chemin de Toulon ; participant à la Commune de Marseille, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Ceregalli était marié et père de quatre enfants. Il se souleva contre le coup d’état du 2 décembre 1851, ce qui lui valut d’être condamné le 13 mars 1852 à la déportation à Cayenne.
Pendant la guerre avec la Prusse il serait devenu chef de bataillon d’une unité de francs-tireurs « les Vengeurs de Paris », mais cette unité est inconnue. Il revint à Marseille après le 4 septembre 1870 et s’enrôla dans la 1ère compagnie de la garde civique. Compromis dans l’insurrection marseillaise de mars-avril 1871, il s’enfuit après le 4 avril. Il fut arrêté au début du mois de janvier 1872.
Le 9 février suivant, il bénéficia d’une ordonnance de non-lieu justifiée par l’absence de preuves contre lui. Mais le 11 août 1874, il fut arrêté et écroué. On lui reprochait d’avoir arrêté un boucher informateur de police et tenté d’arrêter un commissaire de police au mois de septembre 1870 ; lors de son interpellation, la police trouva chez lui un portrait de Robespierre, une liste des proscrits de 1851 et un numéro du Rappel. Il fut condamné, le 19 septembre 1874, par le 1er conseil de guerre de Marseille, à cinq ans de travaux forcés et cinq ans de surveillance. A l’île Nou, il fut puni trois fois pour bavardages et une fois pour « s’être couché avec son caleçon ». Il refusa de former un recours en grâce. Bénéficiant d’une remise de peine, il fut rapatrié du bagne par la Picardie le 20 juin 1879.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article54836, notice CEREGALLI Philippe (ou CÉRÉGALLI ?) [et non CEREGAILLY] par Pierre-Henri Zaidman, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 5 février 2020.

Par Pierre-Henri Zaidman

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/815. — ANOM H COL H 1277. — Gazette des Tribunaux, 21-22 septembre 1874. — Arch. dép. Bouches-du-Rhône, 2 R 523 (Jugement n°105-12514) et 2 R 594. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Le Rappel, 3 septembre 1879. — Roger Vignaud, La Commune de Marseille Dictionnaire, Aix en Provence, EDISUD, 2005. — Notes de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément