CHAIGNOT Auguste

Né le 25 novembre 1837 à Paris ; serrurier en bâtiment ; combattant de la Commune de Paris.

Les parents d’Auguste Chaignot s’appelaient Benjamin Chaignot et Louise Chauve.
Domicilié à Paris, Auguste Chaignot était marié et père d’un enfant. Ancien militaire, il avait été condamné, le 26 septembre 1856, par le conseil de guerre de Lille, à six mois de prison pour bris d’armes.
Pendant le 1er Siège, il fut élu sous-lieutenant dans la Garde nationale et continua son service sous la Commune de Paris ; son bataillon, le 65e, fit le coup de feu à Asnières, Levallois, au Petit-Vanves et à Villejuif ; il était passé d’une compagnie sédentaire à une compagnie de marche et occupa le fort de Vincennes, du 24 avril au 4 mai, la tour Malakoff jusqu’au 10 mai, puis Villejuif du 15 au 25 ; il rentra alors à Paris et regagna son domicile. Il habitait alors au 11, rue Neuve Popincourt (XIe arr.).
Le 9e conseil de guerre le condamna, le 10 novembre 1871, à la déportation simple, peine commuée, le 18 mars 1872, en cinq ans de détention et remise le 15 octobre 1876. Selon les rapports de police, il avait de nombreux tatouages sur les bras.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article54904, notice CHAIGNOT Auguste, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 12 août 2021.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/734. — Site "La répression judiciaire de la Commune de Paris : des pontons à l’amnistie (1871-1880)". — Notes de Renaud Poulain-Argiolas.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément