LAMARRE Jacques, Félix [Cheminot Val-d’Oise]

Par Louis Botella et Marie-Louise Goergen

Né le 23 décembre 1934 à Persan-Beaumont (Seine-et-Oise, Val-d’Oise), mort le 22 octobre 1999 à Montmorency (Val-d’Oise) ; surveillant principal puis contrôleur adjoint du service électrique ; membre de la commission de contrôle fédérale de la Fédération FO des cheminots.

Surveillant principal du Service électrique et signalisation (SES) à Ermont (Seine-et-Oise, Val-d’Oise) puis contrôleur adjoint à la direction des Installations fixes, Jacques Lamarre fut élu, lors du congrès fédéral de juin 1961 à Puteaux (Seine, Hauts-de-Seine), membre de la commission de contrôle fédérale. Fut-il réélu au cours des congrès suivants ? En juin 1967, en tout cas, il fut élu ou réélu membre de cette commission fédérale.
Promu contrôleur adjoint à la direction des Installations fixes, il devint, en mai 1970, trésorier de l’Union des Services centraux. Ce mandat fut reconduit l’année suivante. En avril 1972, son nom ne figura plus sur la liste des membres du bureau de cette union. Le syndicat de la direction de l’Équipement (ancienne direction des Installations fixes), très souvent en opposition à la ligne fédérale, présenta plusieurs candidatures dont celle de Jacques Lamarre à l’un des postes de secrétaire fédéral. Cette candidature fut-elle maintenue jusqu’au vote ? Rien ne permet de l’affirmer. Secrétaire du syndicat de la direction de l’Équipement, Jacques Lamarre démissionna, au début de 1974, de ses fonctions syndicales.
La police établit une note le 16 février 1974 :
« Lamarre Jacques... secrétaire du syndicat des personnels FO de la Direction de l’Équipement SNCF, vient d’annoncer qu’il démissionnait de ses fonctions.
Il entend ainsi protester contre ce qu’il nomme ’l’absence de FO dans les luttes’ et contre les directives confédérales qui interdisent de participer aux actions revendicatives avec la CGT et la CFDT.
Bien que l’intéressé n’ait pas de fonction au sein de la Fédération FO des cheminots FO, son départ laisse entendre néanmoins un malaise car il n’est pas exclu que d’autres adhérents suivent son exemple.
Jusqu’à ce jour, il n’a pas attiré l’attention au point de vue politique. Il passe néanmoins pour avoir des sympathies pour l’aile gauche du Parti socialiste, le CERES. »

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article5495, notice LAMARRE Jacques, Félix [Cheminot Val-d'Oise] par Louis Botella et Marie-Louise Goergen, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 18 novembre 2020.

Par Louis Botella et Marie-Louise Goergen

SOURCES : Arch. PPo., SNCF S28. — Arch. Fédération FO des cheminots. — Le Rail syndicaliste, 1961-1972. — Compte rendu du congrès confédéral de novembre 1961. — Site Internet : deces.matchid.io.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément