CHAMBERT Joseph

Né le 20 septembre 1822 à Chavanges (Aube) ; demeurant à Paris, 55, avenue d’Italie, XIIIe arr. ; chapelier ; communard.

Veuf avec deux enfants, il vivait en concubinage. Il faisait partie depuis quinze ans du 42e bataillon de la Garde nationale lorsque l’insurrection du 18 mars 1871 éclata. « Dès le 3 mars, il a excité les fédérés » contre un sergent de ville, le sieur Drieu ; assesseur au bureau électoral de son quartier lors des élections à la Commune, il se signala encore, le 21 mai, lorsque, assis sur l’autel de la Vierge à la chapelle Bréa, il assista à la vente d’objets du culte. À la fin de la Commune, il rapporta des objets achetés à l’église. Il rentra chez lui le 25 mai et fut arrêté à son domicile quelques jours plus tard.
Le 11e conseil de guerre le condamna, le 20 janvier 1872, à cinq ans de prison et cinq ans de privation de ses droits civiques ; le directeur de la prison de Landerneau le dit « très soumis et très laborieux », le 1er juillet 1876.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article54961, notice CHAMBERT Joseph, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 28 janvier 2019.

SOURCE : Arch., Nat., BB 24/763.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément