CHAMPION Charles, Louis

Né le 14 août 1837 à Paris ; y demeurant, 93, rue des Moines (XVIIe arr.) ; tailleur de pierre ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était marié, père de quatre enfants. Pendant le 1er Siège de Paris, il appartint à une compagnie sédentaire du 207e bataillon de la Garde nationale et continua son service après le 18 mars 1871 ; dans le courant d’avril, il fut élu sergent-major et prétendit s’être enfermé chez un ami, du 22 au 26 mai. On l’accusa d’arrestations arbitraires ; sa femme, qui avait fait une active propagande pour la Commune, fut arrêtée le 29 juin ; l’aîné de ses enfants n’avait que neuf ans.
Le 9e conseil de guerre condamna Champion, le 27 mars 1872, à la déportation dans une enceinte fortifiée et à la dégradation civique, peine commuée, le 14 septembre 1872, en déportation simple, puis remise le 4 janvier 1878 ; sa santé fragile fit qu’on lui remit aussi l’obligation de résider en Nouvelle-Calédonie (19 novembre 1878) et il rentra par la Picardie. Il avait jusque-là travaillé de son métier pour les Ponts et Chaussées et envoyé des secours à sa femme restée en France, où elle était piqueuse de bottines.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article54991, notice CHAMPION Charles, Louis, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 28 janvier 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/768 et H colonies 74. — Arch. PPo., listes d’amnistiés.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément