CHARLES Eugène, Marcellin

Né le 21 août 1850 à Étain (Meuse) ; demeurant à Paris, 113, rue de Vanves (XIVe arr.) ; cocher, palefrenier ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie, où il mourut.

Fils d’un postillon, Charles travailla comme homme de peine, palefrenier et cocher ; appelé de la classe 1870, il servit au 23e bataillon de chasseurs à pied pendant la guerre. Le 18 mars 1871, il ne suivit pas son bataillon qui partait pour l’Algérie et il s’engagea dans le 217e bataillon fédéré puis dans la 8e compagnie de sapeurs du génie.
Arrêté le 23 mai 1871, il fut détenu à l’hôpital maritime de Rochefort puis à l’île Madame. On ne put retenir contre lui qu’un service actif pendant la Commune « mais aucun fait de droit commun et pas d’antécédents judiciaires ». Il fut condamné, le 21 mars 1872, par le 23e conseil de guerre, à la déportation simple et à la dégradation militaire. Incarcéré au fort de Quélern, il arriva en Nouvelle-Calédonie le 11 juin 1872 par la Guerrière. Il mourut de dysenterie à l’île des Pins, le 13 août 1876.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article55119, notice CHARLES Eugène, Marcellin, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 31 mai 2021.

SOURCES : Arch. Min. Guerre, GR 8 J 447 (108). — ANOM, COL H 75 et H 3361. — Arch. Nat., BB 24/867 et BB 27. — Louis Bretonnière, Roger Pérennès, L’Internement des prévenus de la Commune à Rochefort, Nantes, 1995. — Notes de M. Cordillot et P.-H. Zaidman.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément