CHARPENTIER Pierre

Né le 1er septembre 1842 à Bazaiges (Indre) ; demeurant à Paris, 52, rue Cambronne, XVe arr. ; maçon ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était célibataire. Il avait été condamné, en 1863, à quinze jours de prison pour coups et blessures. Ancien militaire rappelé à l’activité lors de la guerre contre la Prusse, il appartint à la IIe armée de la Loire et fut licencié le 19 mars 1871, à Châtellerault (Vienne) ; il était à Paris le 21 et, au début de mai, il se fit incorporer à la 4e compagnie de marche du 178e bataillon fédéré ; ne sachant ni lire ni écrire, il refusa le grade de sergent. Il fut fait prisonnier, le 27 mai, par les Prussiens, à la porte de Romainville.
Le 10e conseil de guerre le condamna, le 18 mai 1872, à la déportation simple, peine qui lui fut remise le 15 janvier 1879, mais il préféra rester à la colonie.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article55163, notice CHARPENTIER Pierre, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 1er février 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/775. — Arch. PPo., listes d’amnistiés.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément