CHÉRAUX Antoine, Alexandre

Né le 7 septembre 1828 à Bort-les-Orgues (Corrèze) ; blanchisseur ; communard.

Antoine Chéraux était le fils de Maurice Chéraux, tailleur d’habits, et de Catherine Jeandidié. Il était marié, père de trois enfants et demeurait à Paris au 43, rue de la Goutte-d’Or (XVIIIe arr.). Pendant le 1er Siège de Paris, il fut lieutenant, puis capitaine au 125e bataillon de la Garde nationale ; auparavant, il avait servi quatorze ans dans le 2e régiment du génie et avait grade de sergent-major ; il avait été libéré en 1864 et avait résidé à Arras ; il était venu se fixer à Paris en 1869 et passait pour vivre du travail de sa femme, blanchisseuse.
Le 18 mars 1871, le commandant du 125e bataillon démissionna, et Antoine Chéraux le remplaça, conduisit ses hommes à Montmartre et leur donna la garde des généraux Thomas et Lecomte ; il commanda son bataillon au château de Bécon pendant quatre jours, puis se rendit à Asnières ; il perdit son commandement parce qu’il buvait, mais, peu après, fut nommé capitaine adjudant-major. Il occupa le lycée d’Issy, cinq jours, puis Gentilly d’où il partit, puis où il revint le 21 mai ; il fut arrêté chez lui le 25 mai.
Le 11e conseil de guerre le condamna, le 14 novembre 1871, à la déportation simple ; peine commuée, le 31 juillet 1875, en quatre ans de détention avec dispense de surveillance. D’après les rapports de police, il avait une cicatrice au front.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article55365, notice CHÉRAUX Antoine, Alexandre, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 17 août 2021.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/749 et H colonies 251. — Site "La répression judiciaire de la Commune de Paris : des pontons à l’amnistie (1871-1880)". — État civil de Bort-les-Orgues, 1828, Naissances, Acte n°60 (Filae). — Notes de Renaud Poulain-Argiolas.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément