CHRISTIANY Marius

Né le 8 janvier 1843 à Cattenom (Moselle), mort le 7 septembre 1891 à Vigneux-sur-Seine (Essonne) ; demeurant à Paris ; comptable ; communard.

Marius Christiany (photo transmise par Marie-Thérèse Fontenelle).

Marius Christiany était marié. Ancien sous-officier de cavalerie, il fut libéré en 1869, puis nommé sergent-fourrier et capitaine au 93e bataillon pendant le 1er Siège. Il blâma son commandant qui avait refusé de donner son adhésion à la Commune de Paris et lui-même se rallia au mouvement ; il prit le commandement de son bataillon, le 20 mars 1871, et, le 1er avril, se rendit au pont de Neuilly ; le 4, il alla au fort d’Issy, puis revint à Paris, retourna deux jours à Issy, puis en reconnaissance du côté de Clamart ; il fut fait prisonnier dans la nuit du 1er au 2 mai.
Il fut incarcéré à Rochefort et le 17e conseil de guerre le condamna, le 8 janvier 1872, à deux ans de prison et dix ans de privation de ses droits civiques ; il s’évada lors de son transfert entre Belle-Île et Paris (où il devait comparaître à la préfecture de police) en arrivant à la gare Montparnasse, le 10 février 1872. Il fut alors condamné, par contumace, à dix ans de détention ; il s’installa à Metz et sa peine lui fut remise le 24 mai 1879.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article55543, notice CHRISTIANY Marius, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 28 avril 2021.
Marius Christiany (photo transmise par Marie-Thérèse Fontenelle).

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/733. — Arch. Min. Guerre, 17e conseil (n° 87). — Louis Bretonnière, Roger Pérennès, L’Internement des prévenus de la Commune à Rochefort, Nantes, 1995. — Notes de Michel Cordillot et de Marie-Thérèse Fontenelle.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément