COLAS Louis, Alfred

Par Pierre-Henri Zaidman

Né le 1er octobre 1833 à Maubeuge (Nord) ; demeurant 15, rue Chappe à Paris (Xe arr.) ; cordonnier et valet de chambre ; communard.

Fils naturel d’une couturière, Colas était marié à une comptable et père de quatre enfants.
Ancien brigadier au 8e régiment d’artillerie, libéré avec un certificat de bonne conduite, il fut, pendant la Commune de Paris, brigadier à la 1ère batterie d’artillerie de la XVIIIe légion fédérée et planton au ministère de la Guerre ; il cessa toute participation à la Commune le 22 mai 1871.
Le commissaire de police du quartier Clignancourt, XVIIIe arr., l’accusa d’intempérance et d’opinions politiques exaltées ; arrêté le 28 juin, il fut détenu sur le ponton la Foudre à Rochefort ; le 12e conseil de guerre le condamna, le 25 janvier 1872, à la déportation simple ; il ne fut pas embarqué parce que souffrant de bronchite et d’emphysème ; on l’interna au fort de Quélern puis à la maison de détention de Thouars (Deux-Sèvres) après que sa peine a été commuée, le 16 janvier 1875, en dix ans de détention, peine réduite à sept ans, le 27 juin 1876, avec remise de dix-huit mois le 19 octobre 1876 ; en 1876, on le dépeignait comme peu franc, et, après sa libération, il fut congédié par son patron, le 31 mars 1878, pour mauvaise volonté dans son travail ; il fut ensuite en chômage. Le directeur de la Sûreté générale était hostile à la suppression de la surveillance le concernant.
Il mourut le 31 janvier 1888 à Paris XVIIe.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article55757, notice COLAS Louis, Alfred par Pierre-Henri Zaidman, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 5 septembre 2020.

Par Pierre-Henri Zaidman

SOURCES : Arch. .Min. Guerre, GR 8 J 321 (159) et Ly 106. — Arch. Nat., BB 24/739, BB 27. ― ANOM COL H 251. — Arch. Dép. Deux-Sèvres, Y 30. — Arch. Paris, V4E 7483 (319).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément