COLLEAU Adolphe

Né le 9 mars 1846 à Courtemer (?) (Seine-et-Marne) ; bijoutier ; demeurant à Paris, 16, rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie (IVe arr.) depuis 1860 ; communard.

Il était marié, père d’un enfant.
Un nommé Colleau, le même sans doute, appartint à la commission choisie par les délégués des onze bataillons de la Garde nationale du IVe arr. de Paris pour faire procéder aux élections du 26 mars 1871 dans l’arrondissement. Voir Bizard.
Adolphe Colleau fut élu, fin mars, capitaine de la 9e compagnie du 162e bataillon fédéré ; d’après des pièces qui portent sa signature, il fut délégué par sa compagnie pour la représenter au Comité central de la Garde nationale. Lors de la sortie du 4 avril, il fut fait prisonnier par les troupes de Versailles au plateau de Châtillon et envoyé sur les pontons en même temps qu’Élisée Reclus.
Condamné, le 29 novembre 1871, par le 12e conseil de guerre, à cinq ans de détention, il vit sa peine ramenée, le 1er juin 1872, à trois ans avec dégradation civique. Il fut, par la suite, gérant du Prolétaire.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article55786, notice COLLEAU Adolphe, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 18 février 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/740. — James Guillaume, l’Internationale, op. cit., t. III, p. 253 (n. 1).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable