CORCELLES

Communard, mort en détention, son corps fut jeté à la mer.

Rédacteur, en 1869, à La Marseillaise ; il commandait un bataillon fédéré sous la Commune de Paris ; arrêté, incarcéré au fort Boyard, il fut condamné à la déportation. Laisserait-on partir un grand malade, un phtisique à l’état désespéré ? Un jeune chirurgien tenta de le sauver, mais le président de la commission médicale aurait tranché : « Il faut bien que les requins mangent ». Trois semaines plus tard, le 13 juin 1872, son corps fut immergé du bord de la frégate La Guerrière où on l’avait embarqué.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article55994, notice CORCELLES, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 24 février 2019.

SOURCES : Grousset : Les Condamnés politiques en Nouvelle-Calédonie, p. 9. — Le Rappel, article du 3 novembre 1872.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément