CORNU [Paris]

Jeune communard.

Pupille de la Commune de Paris, il expliqua au tribunal que son père l’avait chassé et qu’une seule ressource s’était offerte à lui : s’engager. Les gardes nationaux, dit-il, chargeaient les fusils et les appuyaient à la barricade ; pour lui, il avait si peur qu’il tirait alors sans regarder. Mais des soldats de Versailles furent tués par là, et les gardes nationaux s’étaient enfuis... Le père de Cornu refusa de le reprendre (4 janvier 1872) ; le jeune homme fut acquitté comme ayant agi sans discernement, mais confié jusqu’à sa vingt et unième année à une maison de correction.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article56042, notice CORNU [Paris], version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 24 novembre 2022.

SOURCE : Gazette des Tribunaux, 5 janvier 1872.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément