BATAILLE René

Par Louis Botella

Ouvrier professionnel ; syndicaliste CGT puis Force ouvrière (FO) ; secrétaire général du syndicat FO des cheminots de Verdun (Meuse) ; membre du comité technique national Ouvriers des dépôts de la Fédération FO des cheminots (1951-1954) ; secrétaire de l’Union Est de cette fédération (1952-1954).

Depuis janvier 1939 au moins, René Bataille était le secrétaire général du syndicat CGT des cheminots de Verdun.

Ouvrier professionnel au dépôt de Verdun, René Bataille fut l’un des fondateurs, le 28 février 1948, du syndicat FO des cheminots de cette localité et son premier secrétaire général. Lors du congrès de l’Union Est en 1950 à Reims, il fut élu membre suppléant du conseil national de sa fédération, puis il devint en 1952, lors du congrès qui se tint à Strasbourg, membre titulaire de cette instance. Au cours de ce dernier congrès, il fut également désigné par les syndicats comme secrétaire de cette union.

En octobre 1951 à Paris, il fut élu, lors de la conférence nationale, membre du comité technique national Ouvriers des dépôts, au titre de l’Union Est.

Au plan interprofessionnel, il participa très activement à la création, le 18 janvier 1948, de l’Union départementale interprofessionnelle des syndicats FO de la Meuse.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article561, notice BATAILLE René par Louis Botella, version mise en ligne le 18 septembre 2018, dernière modification le 18 septembre 2018.

Par Louis Botella

SOURCES : Arch. Mun. Verdun. — Le Cheminot de l’Est, organe de l’Union des syndicats confédérés de l’Est, puis de l’Union des syndicats CGT de l’Est, mars 1939 (Institut d’histoire sociale de la Fédération CGT des cheminots). — Force ouvrière, janvier 1948. — Le Rail syndicaliste, 1950-1952. — Notes de Marie-Louise Goergen. — Louis Botella, FO chez les cheminots..., op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément