CROULARD Léonard

Né le 30 juillet 1839 à Lys (Nièvre), mort le 18 octobre 1873 à Embrun (Hautes-Alpes) ; boutonnier et journalier, puis bûcheron ; communard.

Léonard Croulard était le fils de Pierre Croulard, né à Saint-Aubin-des-Chaumes (Nièvre), manœuvre et domestique, et de Marie Guénot, née à Lys, marchande de vin. Il avait un frère aîné de deux ans nommé François.
En janvier 1869, il épousa Margaretha Duseldorff à Paris (XXe arr.), avec qui il avait déjà trois enfants. En 1871, il était veuf et demeurait à Paris au 14, rue Riboutté (IXe arr.). Il travaillait comme journalier dans l’industrie. Pendant le 1er Siège de Paris, il appartint au 159e bataillon de la Garde nationale ; après l’armistice il travailla jusqu’au 15 avril 1871 comme bûcheron dans le bois de Vincennes ; il prétendit avoir alors été empêché de sortir de Paris pour aller jusqu’à Vincennes et forcé par le besoin de reprendre du service ; il fut incorporé à la 8e compagnie sédentaire du 159e bataillon, puis à une compagnie de marche ; il fut arrêté, le 24 mai, rue de Rivoli, alors qu’il essayait de regagner son domicile.
Le 14e conseil de guerre le condamna, le 15 février 1872, à la déportation simple et à la dégradation civique, peine commuée en trois ans de prison avec dégradation civique, en juillet 1872.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article56320, notice CROULARD Léonard, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 25 août 2021.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/757. — État civil de Lys, 1839, Naissances, Acte n°11 (Filae). — Données du site Généanet. — Site "La répression judiciaire de la Commune de Paris : des pontons à l’amnistie (1871-1880)". — Notes de Renaud Poulain-Argiolas.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément