DAILLAND Frédéric

Né le 15 avril 1832 à Paris ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Engagé pour sept ans en 1849, il fut condamné, le 17 mars 1852, par le 1er conseil de guerre de Paris, à cinq ans de boulet pour insubordination et gracié le 22 juin 1852 ; il fut incorporé au 15e régiment léger puis au 20e régiment de ligne, et fit la guerre de Crimée.
Sous le 1er Siège de Paris, il fit partie du bataillon des Éclaireurs de la Garde nationale et fut licencié le 1er avril 1871 ; le 5, il entra comme sergent au 230e fédéré.
Le 9e conseil de guerre le condamna, le 13 mai 1872, à la déportation simple ; il arriva à Nouméa le 9 février 1873. Après l’amnistie, il fut ramené par le Navarin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article56424, notice DAILLAND Frédéric, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 11 mars 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/839. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément