DALOZ Auguste [DALOZ Joseph, Auguste]

Né le 5 avril 1825 à Pont-de-Poitte (Jura) ; menuisier ; membre de l’Internationale ; communard.

Auguste Daloz habitait Paris depuis 1854. Il était marié, père d’un enfant. Son dernier domicile connu en 1871 était, 14, rue de Lyon, à Paris, XIIe arr.
Il avait récemment joint à son métier de menuisier celui de marchand de vins. Il reconnut avoir fait partie de l’Internationale en 1865 ou 1866, mais prétendit avoir quitté l’association « depuis cinq ans environ pour devenir administrateur de l’association des menuisiers ». Étant donné qu’il fut trouvé à son domicile un livret de l’Internationale portant imprimée la date de 1870, on peut douter de son affirmation.
Durant le 1er Siège de Paris, Auguste Daloz fut canonnier au 8e bataillon d’artillerie auxiliaire de la Garde nationale. Au début d’avril 1871, il quitta ce service et devint surveillant des chantiers de bois et charbons appartenant à la municipalité de son arrondissement, mais il continua à porter l’uniforme d’artilleur. Il résulte de plusieurs documents « que cet homme pacifique et conciliant, lors du pillage de la mairie du Ve arrondissement », intervint pour l’empêcher.
Le 25e conseil de guerre le condamna, le 26 juin 1872, à cinq ans de prison et cinq ans de surveillance. Il n’avait encouru auparavant aucune condamnation. Le directeur de l’administration pénitentiaire assura au ministre de la Justice, le 9 avril 1875, que Daloz paraissait « animé d’un sincère repentir » ; aussi le prisonnier bénéficia-t-il, le 17 juillet suivant, de la remise du reste de sa peine, ainsi que des cinq ans de surveillance.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article56448, notice DALOZ Auguste [DALOZ Joseph, Auguste], version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 12 mars 2019.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/772 n° 9188.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément