DANIÈRE Arsène, François

Né le 18 (ou le 23) mars 1818 à Gaillefontaine (Seine-Inférieure) ; mort le 25 février 1882 à l’hôpital Lariboisière, Paris (Xe arr.) ; demeurant à Paris depuis 1849, il habitait en 1871, 23, avenue de Saint-Ouen (XVIIe arr.) ; tailleur ; militant de l’AIT ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était marié avec Marie Coste, père de trois enfants. Il avait été assez longtemps président d’une société de secours mutuels. Il fut élu délégué des membres parisiens de son corps de métier à l’Exposition universelle de 1867 et fit partie à ce titre de la Commission ouvrière fondée à cette occasion (Voir François Jeanroy).
Il habitait alors 40, rue Saint-Nicolas-d’Antin. Lors d’une Assemblée générale du 3 janvier 1869, il fut élu président de la Chambre syndicale des ouvriers tailleurs de Paris (dont le secrétaire était Edmond Evette) ; « il croit avoir fait son devoir en organisant une grève ».
Membre de la section des Batignolles de l’Association internationale des Travailleurs, il signa le manifeste contre la guerre adressé aux travailleurs de tous pays, en juillet 1870 (cf. t. IV, p. 47).

Pendant le 1er Siège de Paris, il fit partie de la commission d’armement et des vivres à la mairie du XVIIIe arr. ; en même temps, il servait à la 2e compagnie du 61e bataillon ; il fut arrêté le 15 juillet 1871 et incarcéré à Rochefort.
Le 10e conseil de guerre le condamna, le 4 avril 1872, à la déportation dans une enceinte fortifiée et à la dégradation civique ; sa peine fut remise le 11 mars 1879, et il rentra par la Loire.

Le 27 février 1882, Dereure prit la parole aux obsèques civiles d’Arsène Danière, décédé à l’hôpital Lariboisière, ancien membre de la section Montmartre de l’Internationale. (cf. dossier Dereure, Arch. PPo., B a/1031). D’après Le Radical, plus de 500 personnes étaient présentes, dont les anciens élus de la Commune Martelet et Jaclard.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article56504, notice DANIÈRE Arsène, François, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 6 août 2021.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/769 et H colonies 76.— Eugène Tartaret, Commission ouvrière de 1867. Recueil des procès-verbaux des assemblées générales des délégués et des membres des bureaux électoraux, Paris, Imp. Augros, 1868, X-320 p. — La Voix du peuple, tribune de la démocratie et du travail, 6 février 1869. — Le Radical, 27 et 28 février 1882. — Louis Bretonnière, Roger Pérennès, L’Internement des prévenus de la Commune à Rochefort, Nantes, 1995. — Acte de décès. — Notes de M. Cordillot, R. Skoutelsky et J. Chuzeville.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément