DAUTEUILLE

Jeune communard

Âgé de quinze ans et demi à l’époque de la Commune ; « déjà usé par la débauche ; cheveux plats, regard louche, visage flétri, il représente dans toute son acceptation hideuse le rôdeur de barrière ». Il avait été enfermé trois fois à la demande de sa famille, qui l’abandonna.
La Commune de Paris lui donna un fusil à tabatière ; il était petit, mais « je traînais mon fusil, dit-il, quand je ne pouvais pas le porter, et je visais en l’appuyant dans les créneaux ». Selon l’accusation, il avait ramassé le képi d’un lieutenant fédéré tué devant la barricade du boulevard Voltaire (XIe arr.), l’avait rapporté sous la fusillade et avait été fait lieutenant pour cela. Il fut pris sur une barricade ; sa famille le demanda, mais on refusa de le lui rendre, et il fut condamné, le 28 octobre 1871, par le 4e conseil de guerre, à la maison de correction jusqu’à l’âge de vingt ans.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article56619, notice DAUTEUILLE, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 19 mars 2019.

SOURCES : Gazette des Tribunaux, 1er novembre 1871. — Lissagaray, Histoire de la Commune, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément