DEGUY Élisabeth

Née le 23 décembre 1832 à Paris ; y demeurant, 71, rue de Meaux (XIXe arr.) ; communarde, déportée en Nouvelle-Calédonie.

Célibataire, elle vivait en concubinage avec Edmond Langlais (et non Langlois) ce qui, peut-être, suffit à lui valoir la qualification de « fille soumise ».
Pendant la Commune de Paris, elle participa à la vie des clubs et parla notamment à celui de l’église Saint-Eustache, 1er arr. Le 23 mai 1871, elle travailla à la construction de la barricade de la place d’Italie (XIIIe arr.) ; elle participa, le même jour, à l’arrestation de l’artilleur Abadie qui s’était toujours soustrait au service de la Commune et qui fut entraîné à la barricade ; le 113e régiment de ligne s’empara presque aussitôt de la barricade et fusilla Abadie. Ce récit ne coïncide cependant pas avec le fait que les Versaillais n’arrivèrent à la place d’Italie que le 25 mai.

Élisabeth Deguy fut condamnée, le 13 juin 1872, par le 4e conseil de guerre, à la déportation dans une enceinte fortifiée ; elle arriva à Nouméa le 8 décembre 1873. En déportation, elle épousa Langlois ; elle fut amnistiée le 21 février 1880, mais mourut sur le bateau du retour. Son corps fut jeté à la mer.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article56862, notice DEGUY Élisabeth, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 15 mai 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/764 et BB 27. — E. Thomas, Les « Pétroleuses », op. cit. — Notes de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément