DELAPLACE Charles, Édouard

Né le 27 novembre 1843 à Origny-Sainte-Benoite (Aisne) ; demeurant à Paris, rue d’Asselin, XIXe arr. ; journalier ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était célibataire. Il avait été condamné, en 1860, à un mois de prison pour vol ; il vivait en concubinage avec une femme dont il avait un enfant qu’il avait reconnu.
Pendant le 1er Siège de Paris, il appartint à une compagnie de marche du 231e bataillon de la Garde nationale, et continua son service après le 18 mars 1871 ; il participa, le 3 avril, à la sortie sur Versailles ; vers le 17 mai, il eut une discussion avec son capitaine et fut rayé des contrôles du 231e où il était caporal ; il entra au 208e ; il serait resté chez lui du 23 au 26 mai et fut fait prisonnier le 28, alors qu’il cherchait à regagner son domicile.
Le 11e conseil de guerre le condamna, le 1er avril 1872, à la déportation simple ; sa demande de grâce fut apostillée par un négociant du quai de Valmy, adjoint au maire du Xe arrondissement, Bocquet, qui l’avait employé plusieurs années comme charretier ; il arriva à Nouméa le 28 septembre 1873, puis fut amnistié le 15 janvier 1879.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article56961, notice DELAPLACE Charles, Édouard, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 1er avril 2019.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/753. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément