BATTU Cyprien

Par Claude Pennetier

Né le 18 mai 1874 à Rocamadour (Lot), mort le 21 décembre 1939 à Orly (Seine, Val-de-Marne) ; cheminot ; maire adjoint d’Orly.

Fils d’un cultivateur, cheminot retraité du réseau Paris-Orléans, il se présenta sans succès aux élections municipales du 3 mai 1925 et du 5 mai 1929 à Orly sur la liste du Bloc ouvrier et paysan (communiste). Il entra au conseil municipal le 12 mai 1935, sur la liste d’union communiste et socialiste dirigée par Fernand Dusserre. Il fut désigné par l’assemblée municipale comme quatrième adjoint, chargé de la voirie. Étant très disponible, il aida beaucoup le maire qu’il accompagnait dans ses déplacements.

Malade, Cyprien Battu mourut, en cours de mandat, le 21 décembre 1939 à Orly.

Cultivateur au moment de son mariage, le 26 septembre 1898 à Tulle (Corrèze), il avait épousé Jeannette Rhode, domestique, originaire de Saint-Mexant (Corrèze). Au recensement nominatif de population de 1926, il vivait avec sa femme et trois enfants et à celui de 1936 avec son épouse, son fils Edmond (né le 25 novembre 1902 à Tulle, Corrèze), employé aux PTT et militant communiste, sa belle-fille et leurs quatre enfants.

Un de ses petits-fils, André, Edmond Battu, né le 8 mai 1927 à Orly, ajusteur-outilleur à Choisy-le-Roi (Seine, Val-de-Marne), membre du Parti communiste depuis décembre 1946, reprit le flambeau et fut, à son tour, conseiller municipal communiste d’Orly de 1953 à 1983. Son épouse, Mireille, lui succéda alors. Elle siégeait toujours au conseil municipal dans les années 1990.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article571, notice BATTU Cyprien par Claude Pennetier, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 22 novembre 2022.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Paris, DM3 ; versement 10451/76/1. — Arch. Fédération communiste du Val-de-Marne (notes de Paul Boulland). — Le Travailleur de la banlieue sud, 22 juin 1935, 28 avril 1939. — Témoignage de Fernand Dusserre. — Claude Pennetier, Nathalie Viet-Depaule, Itinéraires orlysiens. Les militants de l’entre-deux-guerres, Paris, Éditions de l’Atelier, 1994. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément