LEBRUC

Cheminot à Rennes (Ille-et-Vilaine) ; syndicaliste FgMC.

Lebruc fut l’un des initiateurs de la reconstruction de la Fédération générale des mécaniciens et chauffeurs (FgMC) en décembre 1947.
Témoignage de G. Francione :
« Avec d’autres militants des Batignolles et de la région de l’Ouest, Aubert, [Maurice] Eisembarth, nous avons eu des débats sur la conduite à tenir pour les tractionnaires : scission ou autonomisation au sein de la Fédération ? Nous étions plutôt pour cette seconde issue. Mais devant le refus de la CGT, c’est alors que nous avons pris contact avec des gars du Nord, regroupés dans une sorte d’amicale autonome des mécaniciens et chauffeurs qu’animait Martel. Nous nous sommes retrouvés ensemble à la salle Chansonniat [?], près de la gare du Nord, cinq présents de la Région Ouest, [Marcel] Aubert, [Maurice] Eisembarth, Chabauty, G. Francione des Batignolles, et Lebruc de Rennes, les camarades du Nord tenant réunion à part. À la suite de cette réunion, était donnée l’impulsion décisive pour reconstruire une Fédération autonome, à partir de l’union Ouest.
Il y eut un essai de nous faire rallier FO, Laurent pour FO et [Marcel] Aubert pour la FgMC organisèrent une réunion, impasse d’Amsterdam, au siège de la Santé de la famille. [Marcel] Aubert voulait nous entraîner à FO qui avait droit au chapitre, ce qui n’était pas encore notre cas. Mais nous qui avions quitté la CGT pour cause politique, nous ne voulions pas rejoindre FO qui était aussi politique. »

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article5711, notice LEBRUC, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 17 janvier 2012.

SOURCE : Georges Ribeill, « Autour des grèves de 1947, les scissions de l’après-guerre au sein de la Fédération CGT (CAS, FO, FAC, FgMC) », Revue d’histoire des chemins de fer, n° 3, Mouvement social et syndicalisme cheminot, automne 1990, p. 95-113.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément