DELRUE Charles

Né à Condé-sur-l’Escaut (Nord) le 8 mai 1842 ; ancien soldat, employé de commerce ; demeurant à Paris ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était marié, père de deux enfants. Il avait servi au 1er régiment d’artillerie, puis au 3e zouaves, fait les campagnes d’Afrique et d’Italie ; il avait été condamné, le 31 octobre 1862, à Constantine, à deux ans de travaux publics pour désertion à l’étranger, puis il fut gracié le 6 février 1864.
À la déclaration de guerre, il s’engagea dans le régiment des éclaireurs Mocquart et fut deux fois blessé et cité à l’ordre du jour ; il fut renvoyé dans ses foyers et se réfugia à Douai, chez ses parents, puis rentra à Paris le 19 mars 1871 ; il fut nommé à l’élection sous-lieutenant à la 2e compagnie de marche du 87e bataillon de la Garde nationale et devint capitaine le 30 avril.
Le 3e conseil de guerre le condamna, le 13 octobre 1871, à la déportation simple. Il arriva à Nouméa le 28 septembre 1873. Sa peine fut commuée, le 9 mars 1877, en sept ans de détention, avec remise de huit mois le 14 février 1878. Il était arrivé à Belle-Île le 15 janvier 1878 par la Loire.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article57154, notice DELRUE Charles, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 5 avril 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/731 et BB 27. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément