DELVERT Jean

Né le 24 novembre 1834 à Bordeaux (Gironde) ; demeurant à Paris ; cordonnier ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Marié, père de deux enfants, il vivait en concubinage « avec une femme non moins exaltée que lui ». Garde, pendant le 1er Siège, à la 6e compagnie sédentaire du 213e bataillon, il continua son service après le 18 mars 1871 et fut élu caporal ; il alla, le 3 avril, à Issy, et rentra à Paris où il fit du service intérieur ; il prétendit être rentré chez lui le 21 mai et n’être plus sorti que deux ou trois jours après pour aller toucher sa solde ; il fut contredit par des témoins ; il aurait défendu une barricade, rue de la Fontaine-au-Roi, XIe arr. ; il opposa à ces assertions les dénégations les plus formelles.
Le 16e conseil de guerre le condamna, le 2 mai 1872, à la déportation simple. Il arriva à Nouméa le 28 septembre 1873. Sa peine fut commuée, le 14 février 1877, en huit ans de détention. Il rentra en France par le Tage, puis sa peine fut réduite de deux ans, le 12 avril 1878.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article57165, notice DELVERT Jean, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 6 avril 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/753 et BB 27. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément