DÉMOULIN Charles, Auguste, Émile

Né le 30 août 1851 à Saint-Quentin (Aisne) ; demeurant à Paris ; marin ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie, mort noyé en mars 1875 au cours d’une tentative d’évasion collective.

Il s’engagea dans la marine pour la durée de la guerre et fut libéré, le 18 mars 1871, à Cherbourg, avec un certificat de bonne conduite ; il alla à Saint-Quentin dans sa famille, puis vint à Paris ; dans le courant d’avril, il entra, avec grade de fourrier, dans la flottille insurrectionnelle sur le bâtiment la Commune embossé au viaduc du Point-du-Jour. La Commune tira plus d’un mois, et fut mise en réparation le 12 mai. Charles Démoulin n’aurait pas fait office de canonnier, mais, promu adjudant, il aurait rempli des fonctions analogues à celles d’aide de camp ; on le vit en dernier lieu à Belleville, et il fut arrêté, le 28 mai, par les Prussiens, à la porte de Romainville.
Le 12e conseil de guerre le condamna, le 9 janvier 1872, à la déportation simple ; sa peine lui fut remise le 29 mai 1879, mais il s’était évadé de l’île des Pins le 12 mars 1875, avec d’autres communards dont Édouard Duchesne. Ils périrent tous dans le naufrage de leur embarcation.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article57223, notice DÉMOULIN Charles, Auguste, Émile, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 5 juillet 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/735 et H colonies 76.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément