DESHAYES Pierre, Désiré

Né le 17 août 1838 à Saint-Martin-de-Fresnay (Calvados) ; demeurant à Puteaux (Seine) puis à Paris ; plombier-zingueur ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était marié, père d’un enfant. Il était entré en 1859 au 38e régiment de ligne et avait été cassé de son grade de caporal, et renvoyé dans ses foyers par anticipation en 1861 sans certificat de bonne conduite ; il avait été condamné le 4 avril 1856 à six mois de prison pour vol.
Pendant le 1er Siège de Paris, il appartint au 35e bataillon de la Garde nationale comme lieutenant et conserva son grade en novembre 1870 ; il semble avoir été destitué pour détournements ; il reprit du service comme simple garde à la 8e compagnie du 38e bataillon, à Passy (XVIe arr.).
D’après le commissaire de police de Neuilly où il habita jusqu’en février 1871 avant de s’installer à Puteaux, il avait mauvaise réputation ; toutefois il s’était bien conduit à Buzenval. Le 9e conseil de guerre le condamna, le 18 décembre 1871, à la déportation dans une enceinte fortifiée ; il arriva à Nouméa le 9 février 1873. Sa peine fut commuée, le 4 janvier 1877, en déportation simple, puis, le 8 mai 1879, en cinq ans de bannissement, avec remise du reste le 5 juin 1879. Il rentra en France par la Loire.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article57415, notice DESHAYES Pierre, Désiré, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 14 avril 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/740. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément