DESNOYERS Ambroise

Né le 17 juin 1854 à Guérigny (Nièvre) d’un père forgeron ; modeleur à Fourchambault (Nièvre) ; jeune communard.

Il était célibataire. « Homme de désordre », il quitta Fourchambault dans la nuit du 17 au 18 mars 1871, avec les deux fils Rigal, se rendit à Paris et entra dans une compagnie sédentaire du 222e bataillon de la Garde nationale. Il fut arrêté à son retour à Fourchambault, le 5 juin (il était porteur d’une lettre de Rigal aîné pour ses parents). Transféré à Chartres, il fut libéré le 15 novembre, puis de nouveau arrêté le 19 décembre.
Dans le procès-verbal d’interrogatoire en date du 20, Desnoyers affirma avoir gagné Paris pour trouver du travail (en vain) ; incorporé dans le même bataillon de fédérés que Rigal, il nia être parti en connaissance de cause pour Paris et affirma n’avoir été fédéré que faute de travail ; il reconnut avoir « travaillé » à la barricade de la rue Madame (VIe arr.), mais nia avoir combattu.
Interrogé sur Rigal aîné, il demeura très imprécis quant au rôle de celui-ci.
Il fut dirigé sur Nevers puis sur Versailles. Le 5e conseil de guerre le condamna, le 17 juin 1872, à cinq ans de prison. Voir Jean-Jacques Rigal.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article57466, notice DESNOYERS Ambroise, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 15 avril 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/769. — Arch. Dép. Nièvre, série M., Police générale, rapports 1870 à 1874.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément