LE COZ Marcel, Louis

Par Quentin Gasteuil, Annie Pennetier

Né le 5 avril 1916 à Saintes (Charente-Inférieure, Charente-Maritime) ; cheminot à Nantes (Loire-Atlantique, Loire-Inférieure) ; résistant, présumé exécuté en août 1944.

Fils d’un chaudronnier, adopté par la Nation le 28 août 1925, Marcel Le Coz travailla comme apprenti, en 1931 puis manoeuvre ouvrier ajusteur, en 1934, aux ateliers ferroviaires de Saintes. En 1943, il était employé à la SNCF à Nantes-Blotterau, comme sous-chef visiteur et domicilié à Nantes 21, rue Deshoulières. Il était divorcé.
Marcel Le Coz fut arrêté le 14 août 1944 à Tournebride (commune de La Haye-Fouassière ( Loire-Inférieure)) avec Lucien Bossis, alors qu’ils regardaient avec d’autres personnes un affût de canon abandonné par l’armée allemande dans une prairie. Des soldats allemands passant à proximité en voiture, la fusillade commença, une personne réussit à s’échapper, cinq autres furent conduits au château de Sallay, et Marcel Le Coz ainsi que Lucien Bossis dirigés vers Nantes. Remis par la Feldgendarmerie à la Gestapo du Sud de Loire, il a été porté disparu et présumé fusillé.
Il appartenait à la Résistance ferroviaire.
Lors de la condamnation à mort de l’agent de la Gestapo Marcel Juino (fusillé le 15 avril 1947) impliqué dans de nombreuses arrestations et exécutions de résistants, dont le massacre du maquis de Saffré (Loire-Inférieure), apparut le nom de Marcel Le Coz.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article5754, notice LE COZ Marcel, Louis par Quentin Gasteuil, Annie Pennetier, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Quentin Gasteuil, Annie Pennetier

SOURCES : Notes de Carlos Fernandez d’après arch.dép.Loire-Atlantique 1134 W 40, 27 J 56 .27 J 81, et lettre de Madame Bossis du 23 juillet 1945 . — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément