DHIER Jean

Né à Guéret (Creuse) le 2 janvier 1833 ; communard.

Il avait laissé sa femme et ses cinq enfants au pays natal, et travaillait à Paris comme maçon. En 1855, il habitait, 155, boulevard de la Gare (XIIIe arr.) avec sa concubine, la femme Carré. Il servit à la 5e compagnie du 185e bataillon fédéré et alla en particulier au fort de Bicêtre ; en septembre 1871, on retrouva chez lui une pièce de toile provenant du couvent d’Arcueil ; les assises le condamnèrent, le 23 décembre, à dix ans de réclusion.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article57630, notice DHIER Jean, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 19 avril 2019.

SOURCE : Gazette des Tribunaux, 24 décembre 1871.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément