D’HUVÉ Charles, Alfred, Emmanuel

Né le 3 avril 1849 à Chevaigné-du-Maine (Mayenne) ; ciseleur ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Les parents de Charles D’Huvé s’appelaient Alfred, Amédée D’Huvé, né à Rouen (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), propriétaire et fils de rentier, et Marie, Louise, Joséphine Drapier, née à Javron-les-Chapelles (Mayenne).
Il était célibataire et domicilié à Paris au 29, rue des Partants (XXe arr.). Pendant le Siège, il était garde et fut libéré le 10 mars 1871. Il aida son père, cordonnier, puis, le 7 avril, fut obligé, dit-il, d’entrer comme simple garde au 135e bataillon de la Garde nationale où il fit du service intérieur jusqu’au 19 avril. Blessé à Neuilly, le 20 avril, il fut arrêté, lors de l’entrée des troupes, à l’hospice d’Ivry.
Le 3e conseil de guerre le condamna, le 1er mars 1872, à la déportation simple. Il embarqua sur la Virginie qui quitta Brest le 29 août 1874 et arriva à Nouméa le 4 janvier 1875 après 128 jours de mer. Le 20 novembre 1877, sa peine fut commuée en sept ans de détention, puis remise le 9 septembre 1878.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article57635, notice D'HUVÉ Charles, Alfred, Emmanuel, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 25 août 2021.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/803 et BB 27. — Données du site Généanet. — État civil de Javron-les-Chapelles, 1847, Mariages, Acte n°132 (concernant les parents de l’intéressé). — Site "La répression judiciaire de la Commune de Paris : des pontons à l’amnistie (1871-1880)". — Notes de Louis Bretonnière. — Notes de Renaud Poulain-Argiolas.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément