DIGARD Émile

Né le 1er septembre 1836 à Paris ; y demeurant, 30, rue Perceval (XIVe arr.) ; artiste lyrique ; communard.

Il était marié, père de trois enfants ; il avait abandonné sa femme et ses enfants, en 1869, et vivait en concubinage.
Pendant le 1er Siège, il fut caporal dans une compagnie sédentaire du 136e bataillon de la Garde nationale, et passa sergent-fourrier sous la Commune de Paris ; il paraît s’être caché, chez sa maîtresse, durant les derniers jours de la lutte, puis chez un sergent-major de sa compagnie avec lequel il fut arrêté le 2 juin 1871. « Sa maîtresse elle-même lui a souvent reproché de dévaliser les cadavres des fédérés tués sur le champ de bataille. »
Le 9e conseil de guerre le condamna, le 8 janvier 1872, à dix ans de bannissement et à dix ans de surveillance ; il s’exila à Genève, puis, après expulsion, à Mulhouse, et fut amnistié le 15 janvier 1879.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article57671, notice DIGARD Émile, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 20 avril 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/774, n° 9634. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — L. Descaves, Philémon..., op. cit., p. 270.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément