DILIEUX Mathieu

Né le 17 février 1833 à Fournot — Fourneaux ? — (Creuse) ; demeurant à Paris, 3, rue Neuve-Saint-Médard (Ve arr.) ; maçon ; communard.

Il était marié, père d’un enfant. Ancien militaire, libéré, dit-il, avec un certificat de bonne conduite, il fut, pendant le 1er Siège, caporal à la 7e compagnie sédentaire du 119e bataillon de la Garde nationale et continua son service sous la Commune de Paris ; après le décret réorganisant les troupes fédérées, il fut simple garde à la 2e compagnie de marche. Il alla, le 8 mai 1871, à Issy et fut blessé, le 11, au couvent des Oiseaux ; il alla à l’ambulance, puis au séminaire Saint-Sulpice, et fut arrêté le 24 mai.
« Il a fait preuve à l’instruction d’une franchise peu commune parmi ses coaccusés », et aurait montré peu de zèle au service de la Commune. Le 24e conseil de guerre le condamna, le 27 avril 1872, à deux ans de prison ; le reste de sa peine lui fut remis le 26 juillet 1873.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article57676, notice DILIEUX Mathieu, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 20 avril 2019.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/757.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément