DORÉ Auguste, Émile

Né le 17 août 1842 à Verrières-le-Buisson (Seine-et-Oise) ; demeurant à Vaugirard (Seine) ; ouvrier jardinier ; communard.

Il était marié, père d’un enfant. Le 9 janvier 1871, il fut accusé d’avoir provoqué à commettre un homicide volontaire, une tentative d’homicide, et de s’être rendu coupable d’arrestations illégales avec menaces de mort et tortures corporelles sur la personne de J.-B. André, agent de police, alors enrôlé dans le corps des anciens sergents de ville, et Constant André, son frère, marchand de vins.
Sous la Commune de Paris, il fut sergent au 127e bataillon fédéré, et fait prisonnier, le 3 avril, à la bataille de Châtillon, envoyé à Brest sur les pontons et relaxé sur un non-lieu. Il fut condamné à la peine de mort, le 31 mai 1872, avec J. Meyer, Bothrau, Sauvageot ; la peine fut commuée, le 20 octobre 1872, en travaux forcés à perpétuité. Antérieurement, il avait été condamné à quatre mois d’emprisonnement pour vol — sans autre précision. En déportation, on dit que sa conduite laissait à désirer, que son caractère était léger, mais qu’il était un excellent jardinier-fleuriste. Sa peine lui fut remise le 11 décembre 1880.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article57770, notice DORÉ Auguste, Émile, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 22 avril 2019.

SOURCE :Arch. Nat., BB 24/750, n° 4949.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément