DREVET Jean

Né à Lyon le 23 novembre 1835 ; y demeurant, 8, rue de la Visitation ; tisseur ; participant du mouvement insurrectionnel du 30 avril 1871 (Commune de Lyon) ; vraisemblablement, il appartint à l’Internationale.

Jean Drevet fit sept ans de service et quitta son corps avec un certificat de bonne conduite. Il s’était marié à Lyon le 24 juin 1862 (sa femme était tisseuse), il était père d’un enfant. Selon le témoignage de négociants pour qui il travailla, il était un « ouvrier honnête et laborieux ».
Il fut sous-lieutenant à la 5e compagnie du 12e bataillon de la Garde nationale. Le 30 avril 1871, il participa à l’insurrection, prétendit remplacer le chef de bataillon, mais se heurta à l’opposition des officiers. Le 1er mai, il fit partie de la Commission exécutive de cinq membres (G. Blanc, J. Drevet, L. Guittat, M.-A. Pochon, L. Raymond) qui s’installa à la Croix-Rousse et tenta en vain d’organiser la résistance.
Par contumace, le conseil de guerre de Lyon le condamna, le 13 décembre 1871, à la déportation dans une enceinte fortifiée.
Réfugié avec sa famille à Genève (cf. L. Descaves, op. cit.) puis à Horgen, près de Zürich, il gagna facilement sa vie comme tisseur en soie. Le vice-consul de France à Zürich s’exprimait sur son compte en ces termes, le 16 mars 1879 :
« D’une intelligence moyenne, il est encore tout étonné de l’importance de son rôle et de l’avancement rapide que lui a donné l’insurrection [...]
« Il possède des idées socialistes très arrêtées qui ne sont nullement modifiées pendant l’exil.
« La police locale ne m’a donné aucun mauvais renseignement sur lui, mais s’il rentrait en France, je crois qu’il aurait besoin d’être un peu surveillé, car il se laisserait entraîner trop facilement à des démonstrations fâcheuses. »
Il fut gracié le 8 mai 1879.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article57867, notice DREVET Jean, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 25 avril 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/733, n° 55 et /866, n° 7877. — Arch. PPo., listes de contumaces. — Arch. Dép. Rhône, série R, conseil de guerre de 1871, liasses A et D à G. — J. Guillaume, L’Internationale, t. II, p. 147. — L. Descaves, Philémon..., op. cit., p. 67.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément