DROUILHAT Yves

Né le 21 janvier 1827 à Riom (Puy-de-Dôme) ; demeurant à Paris, 32, rue Berzélius (XVIIe arr.) ; perruquier ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était non marié. Pendant le 1er Siège et la Commune de Paris, il servit sans grade au 91e bataillon de la Garde nationale, dans une compagnie de marche. « Il était, pour ainsi dire, la garde prétorienne de la municipalité insurrectionnelle du XVIIe arrondissement. » Il porta en avril 1871 le costume des Vengeurs de Flourens ; le 23 ou le 24 mai, il se réfugia chez sa sœur, rue du Bac ; « depuis quelque temps, il était affilié à la société de la Marmite » — voir Dict., t. IV, p. 57.
Le 4e conseil de guerre le condamna, le 18 janvier 1872, à la déportation simple et à la dégradation civique ; il arriva à Nouméa le 8 décembre 1873. Sa peine lui fut remise le 15 janvier 1879, et il rentra par le Navarin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article57891, notice DROUILHAT Yves, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 26 avril 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/769. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément